Image1\
 

Historique de la fête

C’est le titre de la première mention dans « L’Annonce de Vielsalm  » d’une « Fête des Myrtilles ». Ce texte, signé E.L.M. (Mme Lannoy) parle de ce qui s’est passé le dimanche 29 juillet 1951, sous un beau soleil. Ce jour là, « Le S.I. et Vielsalm  Association [ faut-il lire Vielsalm  Attractions ou l’association des commerçants] décidèrent d’être aussi de cette sortie lumineuse et de fêter, à leur façon, les touristes. L’idée était naïve en elle-même mais l’accord fut parfait et la réalisation peu compliquée ».

Cette idée était de placer aux deux « bouts » de Vielsalm  des Ardennais en costume traditionnel. Mme Lannoy, d’un grand geste de parapluie fermé, faisait signe aux visiteurs de s’arrêter. Les occupants des voitures recevaient «  un petit ravier plein de fruits bleus et embués »… « offert gracieusement par le S.I. et Vielsalm  Association ». Nombre de Belges et d’étrangers furent ravis de la chose [ il se racontait pourtant que certains  ignorant de quoi il s’agissait avait jeté le petit cadeau].

 

La première « Fête des Myrtilles » avait été un succès et E.L.M.

terminait ainsi » continuer et faire mieux est à l’étude …pour demain ».

On peut penser que «  la myrtille » était dans l’air depuis un petit temps déjà. En effet, le 6 août 1950, l’Annonce de Vielsalm  publiait sous le titre «  frambahes » un article signé O.S. et racontant poétiquement la cueillette des fruits bleus par les enfants de Vielsalm .

L’année suivante, en 1952 donc, l’Annonce de Vielsalm  donne, le 6 juillet, le programme de la « Fête des Myrtilles » : c’est la première fois que le nom est officialisé. Ce sera le 21 juillet. On admirera le « raccourci littéraire » qui précise : « distribution de myrtilles :

a) à différents endroits de la ville,

b) dans des aubettes spécialement aménagées

c) dans des raviers avec une petite pancarte de bienvenue aux étrangers ».

[bon : a, b et c forment un tout et la « pancarte » devait être bien menue !].

A 17 heures, sur la place, rassemblement des groupes costumés en Ardennais et des mirlitons de la gare pour une farandole jusqu’à la gare.

Le 27 juillet de la même année 1952, Mme Lannoy signait un long article pour dire que la fête «  a été un gros succès ». Elle remercie tous les acteurs et ajoute « nous ne doutons pas[…] que la Fête des Myrtilles ne prenne un essor triomphateur [ !!!] ».

C’était les premiers balbutiements de «  notre » Fête des Myrtilles, avec Mme Lannoy et sa ribambelle de mini et de petit(e)s Ardennais(e)s.

Que de développement avec la venue de groupes étrangers ( on se souvient de l’Harmonie des Postiers, des Joyeux Trompettes de Visé… et de tant

d’autres) avec les chars des quartiers ( les saumons géants, l’Alhambra de Grenade, les faneurs …) Que d’heures de travail, de découragement parfois, de persévérance...

Et puis bientôt, les Macrales sans lesquelles les 20 et 21 juillet ne seraient, évidemment, pas des jours aussi festifs.

Arrêtons là cette «  description » et remercions toutes celles et tous ceux qui depuis tant d’années font que la Fête des Myrtilles est la fête tout court, la fête de tous.